Follow by Email

Nombre total de pages vues

30 sept. 2008

le pic Courouaou
2691 m

l'aiguille Cadier

Ce 27 septembre, retour dans le val d'azun,

en souvenir d'un ami disparu, Michel, il y a quelques jours
et que j'avais parcouru avec lui.
ascension de l'aiguille COUROUAOU, voisine de l'Aiguille CADIER.



A ARGELES, le ciel était bleu, mais dès l'entrée en val d'Azun, déjà un mur sombre de nuages est visible sur le massif du Balaitous, à nouveau, le fond de chaine est pris dans les nuées.


Pas de chance, je pars quant même.

Comme la précédente rando, plus je monte, plus je vois le ciel se charger et mon sommet se couvrir peu à peu, le temps change vite en montagne
alors que sur la vallée, le soleil résiste.


Je passe au large du chantier EDF sur le barrage de Migouelou.


le col d'Artouste depuis la montée



Finalement au sommet,

peu de récompense, alternance de passages de nuages qui arrivent de l'Est et furtives éclaircies où j'aperçois la face Sud de l'Aiguille Cadier et le grand lac de Migouelou en partie vidé de son contenu.


Dommage, je n'aperçois pas le Balaitous que je comptais saluer.


Retour en grande partie dans le brouillard épais par endroit avec 3° au sommet et 12° à la voiture à 1450 m.



25 sept. 2008

Le Pic Nord des CHABARROU
2926 m




Peu engageantes les premières longueurs
dans cette
vallée de Gaube qui n'en finit pas...
et surprise,


au dessus de 1900 m les nuages se déchirent et le grand bleu apparait dès l'approche des faces nord du massif du Vignemale.



Bien qu' "archi" connue, cette vue est toujours prenante...
Mon itinéraire quitte cet axe pour aller plein Ouest vers
le Lac du CHABARROU à 2300 m.

le sommet le plus à droite et la pointe Nord, objectif de la journée.

Le temps est toujours beau,


je continue seul dans ce désert de haute montagne,
je mets la panique dans une harde d'isards,



qui fuit en m'impressionnant de leur soufflement d'injures caractéristique.



500 m au dessus, je fais la pause repas


plus courte que je ne pensais, car les nuages arrivent de partout
et le soleil disparait,


je ne voudrais pas louper le panorama "immense" d'après le topo.

le lac depuis le sommet

La température baisse, 3.2 ° et des grains de grésil arrivent de l'Ouest,
juste le temps, au sommet de fixer ce que je vois ava
nt d'assister à la disparition de l'immense tour d'horizon.




Dommage, je redescends, heureux d'avoir vu l'essentiel, mais dans des conditions médiocres.

2 sept. 2008



La FAJA de las FLORES
en ARAGON
les 28 et 29 aout 2008


Une nuit au milieu du parc national d' Ordesa,
j'y pense depuis
plusieurs années, eh bien on l'a prévue et on se lance....

on passe le col de Boucharo, et déjà des nuages d'orages montent,
il est 11 heures.
On fait la pause casse croute à la Forqueta et

les premières gouttes et les grondements se font entendre.


On repart vers l'objectif, on croise un groupe de randonneurs qui fuit l'orage qui nous rejoint finalement.

c'est à l'abri, sous la voute de la Faja de l'Escuzana
que nous patientons, laissant passer le déluge et les éclairs...
quelque peu dubitatifs...


le temps se dégage lentement et on arrive sur le lieux du campement.
Nous montons la tente

et après le diner nous assistons au retour du soleil qui se couche devant nous.
Beau spectacle....


La magie d'une nuit froide ( gelée blanche juste avant l'arrivée du soleil)
fera que la journée du 29 fut belle et sèche.